6. Documentation


                               


 B.K.S Iyengar est né le 14 décembre 1918 à Bellur en Inde, il est décédé le 20 août 2014 à Pune.

Il s'est consacré pendant plus de 70 ans à la pratique et à l’enseignement du yoga. Ses ouvrages traduits en plusieurs langues (Lumière sur le yoga, Lumière sur le pranayama...) sont désormais des classiques.
Maître de yoga mondialement respecté, ses voyages l’ont amené sur les cinq continents où son enseignement s’est largement répandu.
Il a vécu à Pune, dans le sud de l’Inde, où il a fondé son école, le Ramamani IYENGAR Memorial Yoga Institute (R.I.M.Y.I.), en 1975.
A la fois traditionnelle et moderne, sa méthode montre que le 
yoga peut être pratiqué par des femmes et des hommes de toutes les cultures, de tous les âges et de toutes les morphologies, et aussi que cette science millénaire est une réponse efficace aux problèmes de notre temps.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                (Extrait adapté du site de l'AFYI.)

Témoignage de  Yehudi Ménuhin, violoniste célèbre, pratiquant de Yoga et élève de BKS Iyengar 

"La pratique développe un sens fondamental de la mesure et des proportions. Elle nous ramène à notre propre corps, notre premier instrument, et nous apprenons à en jouer, à en tirer le maximum de résonnance et d’harmonie. Avec une patience sans limite, nous affinons et animons chaque cellule lors du combat de chaque jour, débridant et libérant des capacités qui, sinon seraient condamnées à la frustration et à la mort…

La pratique du Yoga m’a convaincu qu’à la plupart de nos attitudes fondamentales envers la vie correspondent des expressions physiques de notre corps. Ainsi la formation de la volonté, l’ambition, la tenacité, la discrimination, la sérénité, l’harmonie ou le sens de l’Universel peuvent être développés par la prise de postures et la calme amplitude de la respiration. C’est une technique idéale pour prévenir les maladies physiques et mentales et protéger le corps en général en développant une sensation inébranlable d’assurance et de sûreté de soi.

Par sa nature même, le YOGA est inextricablement lié aux lois universelles, pour permettre une respiration calme dans la paix de l’esprit et la fermeté de la volonté. Par sa nature même, il est à chaque instant un acte vivant."

Yehudi Menuhin


                                                  *

L'hommage à Patanjali 


L'enseignement traditionnel et vivant du yoga , nous a été transmis depuis des millénaires par une lignée ininterrompue de Maîtres et de Sages.

Le sage Indien Patanjali a retranscrit l'enseignement du yoga au 2ème siècle av JC,et a ainsi permis sa transmission.

BKS Iyengar nous invite à commencer notre pratique par le chant de cet hommage adressé au sage Patanjali.

Il n'est pas demandé aux élèves d'adorer un dieu ou un guru et chacun reste tout à fait libre de ses croyances et de ses non-croyances. Ce chant en Sanskrit, comme tout rituel, nous aide simplement à transformer une énergie quotidienne tournée vers l'extérieur, en une écoute intérieure, et nous invite aussi à créer une énergie de groupe.


Hommage au sage Patanjali : 


YOGENA CITTASYA PADENA VĀCĀM

MALAM ŚARĪRASYA CA VAIDYAKENA

YOPĀKAROTTAM PRAVARAM MUNĪNĀM

PATAÑJALIM PRĀÑJALIR ĀNATO'SMI

ĀBĀHU PURUSĀKĀRAM

ŚANKHA CAKRĀSI DHĀRINAM

SAHASRA ŚIRASAM ŚVETAM

PRANAMĀMI PATAÑJALIM


Traduction:

 

Je m'incline devant le plus noble des sages, Patanjali, qui apporta la sérénité de l'esprit par son oeuvre sur le yoga,

la clarté du discours par son oeuvre sur la grammaire et la pureté du corps par son oeuvre sur la médecine.

Je me prosterne devant Patanjali, une incarnation d'Ādiśesa dont la partie supérieure du corps a forme humaine,

dont les bras tiennent une conque et un disque, qui est couronné par le cobra à mille têtes.


                                                                            *

Pourquoi disons-nous trois fois "oÔÔooommmm.....au début de chaque cours ???......


Le pouvoir du ÔM


Pour tout un chacun en occident, c'est un excellent moyen pour se recentrer, s'apaiser, entrer en résonance avec soi-même, et sentir concrètement par les vibrations du son,  notre corps intérieur.

Cela permet aussi de prendre conscience du groupe, de l'environnement extérieur, de s'y intégrer, de s'y accorder.   

Mais dans d'autres cultures, c'est une toute autre dimension qui est introduite par cette pratique :      

Aum ou Ôm.
Article publié avec l'autorisation de Claire Arthus.


Aum ou Ôm est considéré comme le son primordial, origine de la création, la semence de laquelle le langage est issu. Tous les sons qui existent en proviennent, Aum est la présence de l’Absolu dans le monde.

Selon certains théologiens hindous, l’univers est issu de cette vibration  sonore émise « au commencement » par le maître de l’univers Prajapati, il s’agit donc d’une parole créatrice au sens biblique : "Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu et le Verbe était Dieu" (Jean 1, 1)

Selon d’autres, cette vibration est éternelle et tout ce qui existe est la manifestation des virtualités contenues en germe dans le son.

Dans les deux cas, le symbolisme est musical : tout ce qui existe est un ensemble indéfini d’harmoniques dont la référence unique est le Son fondamental.

Dans la célèbre formule, E = mc2, on retrouve aussi une énergie primordiale ou vibration qui est à l’origine de la matière.

 

La transcription de ce son originel en langage humain a donné la monosyllabe Ôm, que l’on écrit Om ou Aum.
Pour les grammairiens philosophes, il y a une diphtongue suivie de la résonance nasale.

 

Cette triade traduit les 3 parties constitutives de l’Univers :

AUM
Terre
Brahma, qui crée le monde
Origine de la Création
Corps (sharira)
Etat de veille
Masculin
Passé
Résonne dans le coeur
Ciel
Vishnu, qui maintient le monde
Tendance de cohésion
Mental (manas)
Etat de rêve
Féminin
Présent
Résonne dans la gorge

Espace intermédiaire
Shiva, qui détruit le monde pour le régénérer
Force de résorption
Âme / Soi (artman)
Sommeil profond
Neutre
Futur
Résonne dans la tête et sur les lèvres

 

La grande courbe à gauche représente le monde matériel, lui est accolée à droite une petite aile qui désigne le domaine de la pensée qui mène au rêve. Celle en haut à gauche symbolise l’inconscient.

Détaché du corps de ces 3 courbes liées entre elles et, comme surplombant le tout dans une légère oblique, un croissant de lune loge en son point la Conscience (une demi-lettre que seuls les yogis peuvent percevoir).

Ce point, c’est turîya, le 4° état qui représente la conscience absolue, l’infini ("il ne peut être perçu que par les hommes qui ont déjà surmonté les trois courbes, puis atteint le point pour se fondre avec lui. Le point peut être interprété comme conscience absolue, comme conscience observatrice située au-delà du corps et de la pensée, ou comme délivrance du monde des phénomènes" dictionnaire de la sagesse orientale).

  

Dans le Veda, il est fait référence à Aum sous le terme de pranava "le son du bourdonnement" ou udgita "le chant qui élève" (Yajur Veda, verset 1.1).

Dans le Rig Veda, il est question du pouvoir du son Vach qui crée l’univers entier :

"Au commencement est Brahman, Seigneur de tout ce qui existe.
Avec lui est Vach, le Verbe, Et le Verbe, en vérité, est Brahman."

 

Les plus anciennes références sont dans les Upanishads, surtout dans la Mandukya Up. :

      "Ôm, l’impérissable son est la graine de toute création.

Passé, présent, futur, tout cela n’est rien sinon le déploiement de Ôm.

Quant à ce qui transcende les trois royaumes du temps, cela, en vérité est l’éclosion du son Ôm.

...

A l’expérience du monde extérieur correspond A, le son premier, source d’action et de réussite.
Celui qui s’ouvre à cet aspect agit librement et connaît le succès.

A l’expérience du monde intérieur correspond U, le deuxième son, source d’observance, source d’intégration. Celui qui s’ouvre à cet aspect perpétue la tradition de la sagesse et intègre lui-même les multiples facettes de la vie. Tout ce qu’il rencontre lui parle de Brahman.

Au sommeil sans rêves, correspond M, le troisième son, source d’équilibre et d’union.
Celui qui s’ouvre à cet aspect ne fait plus qu’un avec le monde et possède la mesure de toute chose.

Quant au Soi unique et pur, indivisible, indescriptible, le bien suprême, un sans second, il correspond à Ôm dans sa totalité.

Celui qui s’ouvre à cela devient alors le Soi."

Les Upanishads (Gilles Farcet)

 

La syllabe AUM est l’arc qui lance la flèche du Soi (atman) vers la cible de l’Absolu (Brahman).

Pour les hommes dans cet univers, Ôm est le support de l’existence, sa raison d’être et l’assurance de sa pérennité, d’où son rôle très important dans les rites (de même que  le Amen de la liturgie chrétienne).
Chaque récitation d’un texte sacré doit être précédée et suivie d’un Ôm : Ôm... Ôm, on retrouve le temps cyclique, la respiration cosmique à la base de la métaphysique hindoue.

Dans les Yoga Sutra de Patanjali, Ôm (pranava) est l’un des noms du Divin (YS 1.27 et I.28) et le fait de le répéter inlassablement (japa) permet de découvrir la nature de la divinité. Patanjali n’invite pas à méditer sur Ôm mais à un exercice de répétition censé induire un état de méditation profonde qui permet l’accès à une conscience cosmique : la vibration sonore émise par le pratiquant étant analogue à celle qui soutient le monde, elle produirait dans la conscience un dévoilement du secret de l’existence.


 

Ôm est aussi le mantra de Ganesh, le dieu à tête d’éléphant invoqué lors des commencements parce qu’il lève les obstacles.

On retrouve Ôm dans le bouddhisme (ou le battement du gong pour ponctuer les rites), dans le jaïnisme, le sikhisme...

Et également, plus proche de nous, dans l’Egypte ancienne (Amun ou amen), dans le judaïsme et le christianisme (amen), non pas que les hommes soient à l’origine de ces transferts d’une civilisation à une autre, mais plutôt comme s’il y avait une Tradition primordiale, une même vérité présente dans chaque tradition.    

                                                
Utilisation de la chaise en yoga Iyengar - Espagne         
      



                                                  *